Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Randonneurs Ovillois
  • Les Randonneurs Ovillois
  • : Blog officiel de l'Association "Les Randonneurs Ovillois"
  • Contact

A vos plumes !

Proposez vos articles par email à l'adresse lesrandonneursovillois@gmail.com

Rechercher

Contact

Pour contacter l'association, écrivez à :  lesrandonneursovillois@gmail.com
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 15:26

Nous étions 22 randonneurs pour cette visite du toit de la capitale, par un temps sec mais plutôt froid en ce début du mois de mars.
 
Nous partons à la découverte des lieux les plus mythiques de ce quartier :
 
Montmartre se développe dès le début de l'occupation romaine, grâce à ses carrières de gypse qui contribuèrent à la construction des monuments et des habitations ; ce mont Mercure fut un lieu de culte pour les parisis mais aussi pour les romains.
 
Vers l'an 250, Saint Denis, qui évangélisait la région, est décapité. Après avoir pris sa tête sous son bras, une longue marche le conduit jusqu'au village de Catallanum qui deviendra Saint Denis.
 
Au début du 12ème siècle, Louis VI le Gros et sa femme Adélaïde de Savoie y font construire un couvent qui est confié aux bénédictines, jusqu'à la Révolution où il sera rasé. Durant cette période, une trentaine de moulins à vent sont érigés sur la Butte. Aujourd'hui, il en reste deux.
 





En 1860, la commune de Montmartre est rattachée à Paris, comme le sont les villages de la ceinture : Passy, Vaugirard, Charonne, etc.
 
L'épisode sanglant de la Commune, en 1871, fera entrer Montmartre dans l'histoire. La construction de la basilique du Sacré-Coeur, demandée par les catholiques en expiation des péchés de la France et votée par l'Assemblée, durera 40 ans.
 
A partir du 19ème siècle, la butte devient le refuge des artistes, surtout des peintres mais aussi des poètes, des écrivains et des chansonniers. C'est un lieu de tourisme où se côtoient toutes les nationalités.
 
Notre périple nous mène sur le lieu de la décollation de Saint Denis, à la place des Abbesses - souvenir des 43 mères supérieures qui dirigèrent le couvent - au bateau lavoir, où séjournèrent Braque, Picasso, Max Jacob - à qui l'on doit le nom de cet immeuble détruit en 1970 mais reconstruit et toujours habité par des artistes - puis place Jean-Baptiste Clément, l'auteur immortel du "Temps des cerises".






Place du Tertre, nous sommes au point le plus haut de Paris - à 129,37 mètres - où à quelques pas se dresse l'église Saint Pierre achevée en l'an 1200 (l'une des trois plus anciennes églises de Paris). La vue sur la capitale est magnifique depuis l'esplanade du Sacré-Coeur ; ses fondations reposent sur 83 piliers et son campanile abrite l'une des plus grosses cloches du monde, "la Savoyarde".
 

 
 

 
Après un succulent déjeuner au restaurant "le Moulin de la Galette", situé entre le moulin Radet et le moulin de la Galette, nous poursuivons notre route en passant par le vignoble que jouxtent le cabaret du Lapin Agile - qui fut fréquenté par les artistes les plus célèbres - et le charmant petit cimetière Saint Vincent où reposent Utrillo, Marcel Aymé, Roland Dorgelès, etc.
 
Nous terminons cette visite par le château des brouillards, une folie habitée par Gérard de Nerval, devant lequel se tient une sculpture représentant Dalida. La rue Lepic nous ramène au métro Blanche vers 16 heures.



Jean Claude 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article

commentaires