Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Randonneurs Ovillois
  • Les Randonneurs Ovillois
  • : Blog officiel de l'Association "Les Randonneurs Ovillois"
  • Contact

A vos plumes !

Proposez vos articles par email à l'adresse lesrandonneursovillois@gmail.com

Rechercher

Contact

Pour contacter l'association, écrivez à :  lesrandonneursovillois@gmail.com
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 06:00


... une escapade de quelques jours bienfaisants pour faire une pause dans un cadre nature !
 




 

21 randonneurs sont partis du 16 au 23 Mai, au pays de la truffe et du foie gras ! Les étapes quotidiennes de 15 kilomètres, avec dénivelés de 200 à 320 mètres  - menées par Guy, notre hôte, enfant du pays et accompagnateur favori -  nous ont permis de découvrir cette belle région, ses traditions, son histoire, sa gastronomie, et son patrimoine culturel.



 



 
 















 

 

Les randonneurs courageux ont cherché désespérément l’homme de Cro-Magnon dans les grottes préhistoriques, se sont convertis en pénitents sur le Chemin de Croix de Rocamadour, ont découvert les us et coutumes du Périgord, et n’ont pas manqué d’apprécier la bonne chère et les vins du terroir !


















 

Tout était au rendez-vous dans une ambiance chaleureuse et sympathique : le soleil, une belle nature printanière, la visite de quelques uns des 1244 châteaux, une promenade en gabarre, les visites de Domme et de Sarlat, et la «noix » sur le gâteau : une aubade champêtre par notre ami Jean-Yves au saxo !






 
 












 


 













 
 

Trois mots pourraient résumer notre voyage : découverte, partage et convivialité. Nous sommes tous rentrés ravis, en attendant de vivre de nouvelles émotions !

 




Suzanne 



  
Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 17:00

Malgré le ciel gris et la pluie menaçante de la mi-avril, dix sept randonneurs ovillois ont décidé de se promener dans la forêt après avoir quitté la gare de Maisons-Lafitte.

 
 


Ils arpentent les petits sentiers dans un décor vert tendre. Par endroits se trouvent des champignons, que certains se font une joie de ramasser pour les déguster dès le retour chez eux.


 


Tranquillement, les randonneurs arrivent à l’étang du Cora dont ils font le tour. Ils continuent à cheminer par les petits sentiers, toujours aussi agréables. Et les voilà de retour à la gare, heureux d’avoir passé un bon moment.


Anne-Marie


 



 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 16:10

 

 

Les tiques sont essentiellement actives de mars à octobre. Les sous-bois humides sont leur lieu de prédilection; elles aiment se tenir dans les feuilles mortes qui jonchent le sol, les hautes herbes, les broussailles ou les fougères, à l’affût du premier randonneur qui passera.

 



Par leurs piqûres totalement indolores, les tiques peuvent provoquer des réactions locales sous forme de rougeurs, mais également transmettre des maladies à l’homme : principalement la maladie de Lyme.

 


Le premier symptôme est une rougeur qui apparaît ente le 3e et le 30e jour suivant la piqûre. Il s’agit d’un cercle rouge décoloré au centre, généralement de plusieurs centimètres de diamètre. Indolore, il va s’étendre autour de la plaie et disparaître spontanément en quelques semaines. Il est important de faire le diagnostic à ce stade car les traitements sont alors très efficaces et permettent une guérison rapide.

 

Si la piqûre est passée inaperçue, elle peut entraîner des conséquences plus graves : paralysie faciale, méningite, douleurs articulaires, problèmes cardiaques ou de vue …

La prévention consiste à prendre certaines précautions :

  • Dans les zones à risques, évitez d’évoluer jambes et bras nus : portez des chaussures fermées, un chapeau ou une casquette.

  • Après la randonnée, prenez le temps d’inspecter minutieusement tout votre corps :  cou, bras, jambes, plis du corps, cuir chevelu, oreilles.

  • Si vous trouvez une tique, retirez la à l’aide d’une pince et au niveau de sa tête, le plus rapidement possible car le risque de maladie augmente en fonction du temps de fixation.

  • Consultez au moindre doute.
     

Seules les tiques infectées par une bactérie présentent un réel danger, elles représentent de 10 à 15% de leur population. Donc pas de panique : le danger existe mais il est limité. Vous pouvez continuer à randonner sans risque si vous respecter bien les précautions énumérées ci-dessus.
 

Et puisque nous en sommes aux recommandations en voici une de plus :

Craignez le tétanos, vaccinez-vous. Un rappel tous les 10 ans est impératif, un rappel au bout de 5 ans est fortement conseillé aux personnes à risques élevés comme les randonneurs ou les jardiniers.

 

Jean-Claude

Lien autre site concernant les tiques : Envie de marcher : comment se protéger des tiques ?

Reportage France 5 : lien Quand les tiques attaquent !

Lien article : association Lyme sans frontières : Lymesansfrontières


 

 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Officiel
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 16:05



Nous étions 19 randonneurs en ce deuxième jour du printemps qui n’était malheureusement pas au rendez-vous, mais la bonne humeur, comme d’habitude, était parmi nous.

De la gare de Sartrouville, nous nous sommes dirigés vers les bords de Seine en direction de Cormeilles en Parisis, puis La Frette où nous avons tout de suite emprunté la Sente des Verjus. Cette sente nous a fait grimper en haut du côteau calcaire de la Seine et découvrir, au-delà de l’autre rive, le parcours de Fromainville destiné à l’entraînement aux courses des chevaux. Un peu plus loin, devinées dans le brouillard, se trouvent les nouvelles installations de la Station d’épuration Seine Aval (SIAAP). En enchaînant les sentes, nous découvrons de très jolis paysages égayés par les premiers arbres en fleurs. Dommage que le soleil ait boudé !


















Autrefois, le village de La Frette sur Seine possédait un port actif qui desservait Paris et également Rouen. Localement, le gypse était exploité et chargé sur les péniches en direction de la capitale. Il servait à la fabrication du plâtre utilisé dans de nombreux bâtiments. Les produits maraîchers, les fleurs - en particulier le lilas au printemps - étaient rapidement transportés par voie d’eau aux Halles de Paris. Un vaste vignoble, aujourd’hui totalement disparu, s’étendait d’Argenteuil à Pontoise; il fournissait un vin alors apprécié et objet d’un commerce.













Vers 1894 arrive le chemin de fer qui va complètement transformer le village. Une nouvelle population travaillant sur Paris va progressivement s’installer. D’autre part, La Frette va devenir un lieu de villégiature des Parisiens. De nombreuses villas construites en bordure de Seine et sur le côteau,  aux styles très éclectiques, sont le témoignage de cette époque. Nous avons pu observer des architectures audacieuses, fantaisistes, aux façades avec frises, mosaïques… agrémentées de jardins en terrasses. Des constructions modernes se mêlent également dans ce paysage escarpé.

Le site plaisant de La Frette a inspiré de nombreux peintres comme Charles Daubigny, Lucien Pissarro, Albert Marquet (sa maison est située au 30 quai de Seine) et depuis peu, un parcours promenade des peintres du XXème siècle a été aménagé.






Entre autres, Guy de Maupassant, Georges Sand, Paul Signac sont venus en villégiature.

 














Limités à la matinée, nous n’avons pu parcourir qu’une partie des sentes qui peuvent nous conduire à Herblay, Conflans.

Avis aux amateurs de beaux paysages ! Ils sont vraiment tout près de chez nous. Profitons-en !


Elisabeth 




 

 

 

 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 10:00


Après un trajet aller assez compliqué  - changements de train à Conflans Fin d’Oise puis à Conflans Sainte Honorine -  nous arrivons à l’office de tourisme de Pontoise où une conférencière va nous guider toute la matinée.

Nous arrivons au cœur de la ville haute dont les anciens remparts dominent l’Oise. De ses deux places du Grand et du Petit Martroy ("Martroy" est dérivé du nom "martyr"), part un réseau de rues étroites et sinueuses aux noms pittoresques : rue des Balais, rue de la Harengerie…

La cathédrale Saint Maclou est un superbe monument de style composite : chevet et transept de style Gothique primitif, façade en Gothique flamboyant et les bas-côtés dans le style Renaissance.





Notre guide nous emmène maintenant vers les souterrains. La ville s’est construite sur un éperon calcaire qui a servi à l’extraction du calcaire nécessaire à sa construction. Ceci a laissé de nombreuses caves datées du 12ème au 15ème siècle.























Nous entrons ainsi dans les entrailles de la ville qui servirent aux militaires pour renforcer la défense et plus tardivement aux bouchers pour entreposer leur viande au frais.
 








Notre visite se poursuit par une promenade dans les rues de la ville jusqu’à son point culminant, le mont Bélien, où se trouvait le château dominant la vallée de l’Oise. Construit par Louis VI au 12
ème siècle, ce château servira au séjour de plusieurs rois de France - notamment Louis IX qui, malade, fit le vœu s’il devait guérir de partir pour la terre sainte.


Il est temps maintenant de déjeuner car nos 25 randonneurs commencent à être affamés. C’est sur une péniche amarrée sur les quais que vont se dérouler nos agapes, moment festif apprécié de tous.    

Mais nous devons repartir, car nous sommes des randonneurs avant tout, sur le sentier qui borde l’Oise jusqu’à Port-Cergy et Cergy village. Nous aurons la chance de bénéficier d'une visite commentée de l’église Saint Christophe, avec son magnifique portique Renaissance.





Nous traversons Cergy Préfecture où nous prenons le train pour Houilles, sans changement cette fois.     


Jean Claude



 
 











Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 16:35
FICHE TECHNIQUE N°1

CRÉER UN ALBUM DE PHOTOS ET LE PARTAGER EN UTILISANT :
-  LA MESSAGERIE GMAIL DE GOOGLE
-  LE LOGICIEL PICASA DISPONIBLE SUR GMAIL


Cette fonctionnalité est disponible sur le site internet de Google. Vous allez procéder en trois temps :
  • création de votre compte personnel sous la messagerie Gmail
  • à partir de votre messagerie, téléchargement du logiciel Picasa sur votre ordinateur personnel
  • création et partage de vos albums de photos


CRÉEZ VOTRE COMPTE DE MESSAGERIE GMAIL
  • Ouvrez votre navigateur internet et recherchez le site de Google France : http://www.google.fr
  • Dans la barre de menu qui se situe en haut à gauche de votre écran, cliquez sur "Gmail". Ceci va vous permettre de créer votre propre compte.
  • En bas à gauche de votre écran, cliquez sur « Inscrivez-vous à Gmail ». Suivez les différentes étapes proposées, comme pour toute création de compte de messagerie gratuite sur internet. Attention, l'extension d'adresse pour Gmail est "@gmail.com". Notez votre adresse de messagerie et le mot de passe que vous aurez choisis.
  • Une fois votre compte créé, cliquez sur « Je souhaite accéder à mon compte » en haut à droite de votre écran.

TÉLÉCHARGEZ LE LOGICIEL PICASA SUR VOTRE ORDINATEUR
  • Vous avez maintenant accédé à votre compte de messagerie Gmail personnel. Dans la barre de menus en haut à gauche de l'écran, cliquez sur « Photos ».
  • En bas à gauche de votre écran, cliquez sur « Télécharger Picasa ». Attendez la fin du téléchargement de ce logiciel.
  • Une icône de raccourci pour Picasa se trouve maintenant sur le bureau de votre ordinateur.

CRÉEZ ET PARTAGEZ VOTRE PREMIER ALBUM DE PHOTOS
  • Repérez dans l'arborescence de vos dossiers (les fichiers, dossiers et sous-dossiers que vous avez créés sur votre ordinateur) un dossier peu volumineux, contenant quelques photos. Vous effectuerez ainsi la création de votre premier album avec des éléments qui prendront peu de place et de temps.
  • Cliquez sur l'icône de raccourci pour Picasa qui se trouve sur votre bureau d'ordinateur. Dans la partie gauche de votre écran, Picasa va faire défiler toutes les dossiers qu'il aura repérés dans votre arborescence.
  • Cliquez sur le dossier de photos que vous avez choisi. Cette seule manipulation suffit pour sélectionner toutes les photos contenues dans votre dossier.
  • Cliquez ensuite sur "Albums Web", la première icône qui apparaît en bas de votre écran. Ceci va démarrer la création de votre album.
  • Une fenêtre de dialogue se présente, dans laquelle vous devez renseigner trois rubriques :
  • dans la rubrique "Album Web", cliquez sur "Créer un nouvel album Web"
  • dans la rubrique "Titre de l'album", attribuez un nom à votre album
  • dans la rubrique "Visibilité", cliquez sur "non répertorié". De la sorte, votre album ne sera disponible que pour les personnes que vous inviterez à le consulter, il ne sera pas accessible aux autres internautes.
  • une fois ces trois rubriques renseignées, cliquez sur "OK"
  • Picasa va effectuer le transfert de vos photos en quelques instants. Le gestionnaire de transfert vous indiquera l'état d'avancement du transfert, attendez qu'il soit terminé.
  • Une fois le transfert achevé, cliquez sur "Afficher en ligne". Votre galerie de photos s'ouvre à partir de l'album que vous venez de créer.
  • Il ne vous reste plus qu'à donner accès à votre album aux correspondants que vous choisirez. Cliquez sur "Partager". Une fenêtre de dialogue s'ouvre pour vous permettre de créer l'email d'invitation à vos correspondants. Vous pouvez vous mettre vous-même en copie de cet email pour vérifier qu'il est bien parti.
Cet email d'invitation est le premier d'une "conversation" sous Google avec les correspondants que vous aurez choisis. Vous pourrez récupérer tous vos messages depuis votre compte de messagerie Gmail.



Date de création :  29 janvier 2009

Si vous avez des suggestions pour améliorer cette notice, merci de contacter l'association par email à l'adresse
lesrandonneursovillois@gmail.com qui transmettra à l'auteur.

Bon cheminement sous Gmail et Picasa !


Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Notices utilisateurs
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 15:26

Nous étions 22 randonneurs pour cette visite du toit de la capitale, par un temps sec mais plutôt froid en ce début du mois de mars.
 
Nous partons à la découverte des lieux les plus mythiques de ce quartier :
 
Montmartre se développe dès le début de l'occupation romaine, grâce à ses carrières de gypse qui contribuèrent à la construction des monuments et des habitations ; ce mont Mercure fut un lieu de culte pour les parisis mais aussi pour les romains.
 
Vers l'an 250, Saint Denis, qui évangélisait la région, est décapité. Après avoir pris sa tête sous son bras, une longue marche le conduit jusqu'au village de Catallanum qui deviendra Saint Denis.
 
Au début du 12ème siècle, Louis VI le Gros et sa femme Adélaïde de Savoie y font construire un couvent qui est confié aux bénédictines, jusqu'à la Révolution où il sera rasé. Durant cette période, une trentaine de moulins à vent sont érigés sur la Butte. Aujourd'hui, il en reste deux.
 





En 1860, la commune de Montmartre est rattachée à Paris, comme le sont les villages de la ceinture : Passy, Vaugirard, Charonne, etc.
 
L'épisode sanglant de la Commune, en 1871, fera entrer Montmartre dans l'histoire. La construction de la basilique du Sacré-Coeur, demandée par les catholiques en expiation des péchés de la France et votée par l'Assemblée, durera 40 ans.
 
A partir du 19ème siècle, la butte devient le refuge des artistes, surtout des peintres mais aussi des poètes, des écrivains et des chansonniers. C'est un lieu de tourisme où se côtoient toutes les nationalités.
 
Notre périple nous mène sur le lieu de la décollation de Saint Denis, à la place des Abbesses - souvenir des 43 mères supérieures qui dirigèrent le couvent - au bateau lavoir, où séjournèrent Braque, Picasso, Max Jacob - à qui l'on doit le nom de cet immeuble détruit en 1970 mais reconstruit et toujours habité par des artistes - puis place Jean-Baptiste Clément, l'auteur immortel du "Temps des cerises".






Place du Tertre, nous sommes au point le plus haut de Paris - à 129,37 mètres - où à quelques pas se dresse l'église Saint Pierre achevée en l'an 1200 (l'une des trois plus anciennes églises de Paris). La vue sur la capitale est magnifique depuis l'esplanade du Sacré-Coeur ; ses fondations reposent sur 83 piliers et son campanile abrite l'une des plus grosses cloches du monde, "la Savoyarde".
 

 
 

 
Après un succulent déjeuner au restaurant "le Moulin de la Galette", situé entre le moulin Radet et le moulin de la Galette, nous poursuivons notre route en passant par le vignoble que jouxtent le cabaret du Lapin Agile - qui fut fréquenté par les artistes les plus célèbres - et le charmant petit cimetière Saint Vincent où reposent Utrillo, Marcel Aymé, Roland Dorgelès, etc.
 
Nous terminons cette visite par le château des brouillards, une folie habitée par Gérard de Nerval, devant lequel se tient une sculpture représentant Dalida. La rue Lepic nous ramène au métro Blanche vers 16 heures.



Jean Claude 
Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article