Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Randonneurs Ovillois
  • Les Randonneurs Ovillois
  • : Blog officiel de l'Association "Les Randonneurs Ovillois"
  • Contact

A vos plumes !

Proposez vos articles par email à l'adresse lesrandonneursovillois@gmail.com

Rechercher

Contact

Pour contacter l'association, écrivez à :  lesrandonneursovillois@gmail.com
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 18:35

Après le Périgord et le Briançonnais, les Randonneurs ont choisi une nouvelle destination pour un week-end prolongé : la baie de Somme.
 
Une belle escapade pour 25 randonneurs, avec un programme bien chargé :
  • traversée de la Baie de Somme
  • visite du Parc de Marquenterre
  • pointe du Hourdel pour l’observation les phoques

 

 

 


Un programme varié, fort réussi, puisque accompli dans sa totalité. Du soleil, un panorama toujours plein d’images nouvelles et même des phoques pour nous saluer !


Dès le samedi après-midi, nous prenions le petit train touristique qui nous a menés, en longeant les mollières, du Crotoy jusqu’à Saint Valéry sur Somme. Une heure d’un voyage insolite, sympathique, où nous étions déjà plongés dans un autre temps.




Nous avons ensuite traversé la Baie de Somme, accompagnés d’un guide, qui, pendant trois heures, nous a fait crapahuter, à marée basse, de Saint Valéry sur Somme jusqu’au Crotoy. Terrain pas forcément facile, sable, vase, courants d’eau, traversées de nappes mouvantes jusqu’à hauteur du genou. Il y a eu quelques glissades irrésistibles… des chutes acrobatiques dans la vase …. avec, pour certains, bien des difficultés à retrouver l’équilibre !
 

 



Découverte de nombreuses plantes qui poussent dans l’Estuaire, telles que la salicorne, les « oreilles de cochon », l’armoise, et bien d’autres pour lesquelles le nom m’a déjà échappé …Rencontre également avec les chasseurs venus mettre en place les « appelants », avant de se dissimuler dans leurs huttes et de passer la nuit à l’affût des canards sauvages.



Le dimanche fut consacré à découvrir la halte migratoire de milliers d’oiseaux sauvages, le parc ornithologique du "Marquenterre" (la Mer qui rentre dans la Terre). Ce parc, qui s’inscrit dans une réserve naturelle de 3000 Hectares, est le lieu privilégié pour l’observation de la nature et des espèces animales de la baie de Somme.

 




Nous avons arpenté ce Parc, en suivant deux parcours et en restant aux aguets à chaque poste d’observation. En nous aidant d’illustrations, et dans certains cas, des commentaires de guides nature, nous avons tenté de reconnaître certaines espèces emblématiques du parc, comme la sarcelle, l’avocette élégante, l’huîtrier pie, l’oie cendrée, le vanneau huppé, la spatule blanche, la barge rousse, le tadorne de belon, et puis plus simples à reconnaître, les cigognes, canards, foulques macroule et cygnes, etc. et reconnu les chevaux Henson qui paissent en toute quiétude aux côtés de tout cet univers mystérieux !


Un régal pour nos yeux et un souvenir inoubliable !

       

 


Et pour notre troisième jour …
 
Quelques kilomètres pour rejoindre la pointe du Hourdel, afin d’atteindre notre dernier objectif : les phoques …

Et oui, nous les avons vus… La chance fut avec nous, ils étaient là, et nous attendaient, à marée basse, se prélassant au soleil, sur les bancs de sable….

 

Nous avons patiemment attendu, assis sur la plage, l’arrivée du mascaret et revu les phoques évoluer en pleine mer. Chacun de nous, très attentif, a pu en suivre un, voire plusieurs, se déplacer dans l’eau, pour notre plus grand plaisir.

 

Sublime moment, qui ne peut laisser indifférent…
 

Et puis, il a fallu penser au retour…
 

 



Nous sommes rentrés ravis, tous satisfaits d’avoir découvert ce lieu privilégié qu’est la baie de Somme, et de ses oiseaux qui gazouillent, de façon perpétuelle, quelle que soit la saison :

« Nous sommes de passage, venez nous voir, demain nous serons loin »

 


Suzanne

 


 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 20:25

Tous les chemins mènent à Rome et les sentiers de randonnées font partie des remèdes insoupçonnables du bonheur et de la liberté.




Ce remède "nature" soigne bien des personnes et des maladies très variées des parties du corps humain :

  • La tête :  c'est bien connu, la marche dans la nature aère la tête. Les effets antistress, voire antidépresseurs, ont été démontrés.


     

  • Le coeur :  le rythme du palpitant  - le pouls -  se ralentit au repos et à l'effort : la tension artérielle se statibilise. Randonner dans la nature améliore aussi la circulation sanguine dans les artères coronaires. Au final :  avec 45 minutes quotidiennes de marche, le risque d'infarctus chute de 30 à 50%.

     



  • Les poumons :  coeur et poumons vont de pair; plus le sang circule, plus les poumons s'oxygènent. Vous trouvez un nouveau souffle.
     





  • Le sang : excès de graisses dans le sang ? La marche dans la nature fait baisser le cholestérol total, les triglycérides et augmente le HDL ("bon") cholestérol. Elle aide à réguler le diabète.

     






  • Les jambes :  les activer, c'est stimuler sa circulation artérielle et veineuse, développer ses muscles et améliorer leur rendement.
     





  • Les hanches : c'est souvent là que la graisse vient se loger. La randonnée nature aide à lutter contre la surcharge pondérale.

     



  • Les genoux et le bassin : renforcement des articulations et de la souplesse musculo-tendineuse, prévention de l'ostéoporose;  aucun doute, pour le squelette, la randonnée nature est toute bénéfique.


     


Un jour de sentier nature, huit jours de santé qui dure !


Sans atteindre ce degré d'optimisme, tous les médecins confirment que la marche et donc la randonnée nature ont de multiples effets bénéfiques sur la santé en fortifiant le coeur, les poumons, les muscles et les os.


Découvrez le remède "nature" avec les Randonneurs Ovillois !



Daniel, le 20 juillet 2009. 







 

 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 14:35



Nous partons à 13 randonneurs, sous un ciel mi-figue mi-raisin, du parking du marché de Montfort l’Amaury pour découvrir cette cité pittoresque ...

Le marché composé simplement de 4 commercants, avec leurs étals au pied des anciennes fortifications de la ville, est bien sympathique.
 
 





Après avoir grimpé la rue de Sancé, nous entrons dans l’église Saint-Pierre-Saint Paul afin d’admirer les 37 verrières qui ont valu le classement en monument historique de cet édifice.
 





Les randonneurs parcourent la ville aux rues pavées avec de nombreuses maisons à pans de bois. Les maisons d’hommes célèbres ayant résidé ou séjourné dans cette cité médiévale ne manquent pas; on peut citer entre autres Victor Hugo, Maurice Ravel qui composa son boléro dans sa demeure, José Maria de Hérédia ...

Nous visitons ensuite l’ancien charnier et ses deux galeries des 16ème et 17 siècle, aux charpentes en forme de carène inversée. Les ossements de l’ancien cimetière avaient été montés.

Puis nous escaladons la tour d’Anne de Bretagne, ou plutôt ce qui en reste car les anglais ont détruit cette forteresse durant la guerre de cent ans.

Dans cette cité eut lieu le premier pardon breton en 1899, sous forme d’un grand festin.
 

 

 

 

Nous partons ensuite pour le parc du château de Groussay, d’une superficie de 30 hectares, à la découverte des 12 folies construites par le premier propriétaire du château. Ce parc ne peut qu’émerveiller le visiteur.

 

 

Les randonneurs profitent du théâtre de verdure du parc pour s’improviser acteurs d’un instant, en récitant chacun sur scène une strophe de l’«Ode aux ruines» de Victor Hugo.

"Pose photo" sur le Pont Palladien, magnifique réplique du pont de Wilton Bridge en Grande Bretagne et le pont des Guglie à Venise


Visite de la Pyramide, du Temple d’Amour, de la Pagode chinoise

















...

Escalade risquée de la Colonne de l’Observatoire

...

Visite du petit théâtre, situé dans l’enceinte du château.


Nous traversons ensuite une immense étendue de champs pour rejoindre la maison de Jean Monnet, père de l’Europe. Nous avons un peu chaud ce faisant et sommes heureux de retrouver le parc ombragé.


 

 

Les randonneurs, après la visite commentée de cette charmante maison au toit de chaume nichée au milieu des bois, rejoignent le point de départ de la randonnée.

 


Jean-Pierre, le 10 juillet 2009

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 06:36


Nous n’étions que 6 randonneurs, ce dimanche, pour rejoindre la gare de Saint-Rémy par les RER A et B. Nous partons rejoindre la ferme de Coubertin qui se trouve sur la liste de la Fête des Fermes, thème de cette randonnée, en remplacement de la visite du château et du parc aux Bronzes de Coubertin annulée dernièrement. 

Cette ferme comprend un élevage d’une soixantaine de vaches laitières, 25 chèvres et chevreaux et quelques lapins et cochons. L'établissement fabrique de nombreux types de fromages, récompensés plusieurs années par des médailles d’or.

La petite colonne de randonneurs s’achemine le long de l’Yvette, merveilleux cours d’eau bordé de fleurs et d’anciennes tanneries.
 
























Après avoir emprunté une partie du pittoresque chemin Jean Racine à Chevreuse, le groupe de randonneurs s’engage à l’assaut du château de la Madeleine, dont la forteresse médiévale surplombe la Vallée de Chevreuse.



   



Après une visite des remparts et la vue exceptionnelle de la Vallée - à laquelle Chevreuse a donné son nom - le groupe de marcheurs se dirige vers la ferme de Grand’Maison. En fête ce jour, la ferme propose des spécialités régionales :  saucissons, pâtés, tartes, cidre, poiré. L’exploitation compte une centaine de vaches, des blondes d’Aquitaine, taureaux, veaux, poules et lapins. Elle propose la dégustation de spécialités locales et régionales, des repas à la ferme, la visite du site et la conduite des tracteurs par les enfants émerveillés.

 
 



















Nous prenons notre repas dans la forêt, près du village des Sablons. Les pique-niques sont agrémentés de quelques spécialités de la ferme et d'une énorme part de tarte offerte à chaque randonneur par Carlo.

Nous poursuivons la randonnée par le PNR à travers le parc du château de Mauvières, passage autorisé par la propriétaire du château, absente ce jour là. Nous traversons la forêt de Méridon et le bois de Vossery, dont une partie à la boussole vu l’absence d’indication des parcelles et sentiers.

L’arrivée à la ferme de Coubertin se fera à l’oreille, les randonneurs ayant perçu le son des cuivres de la fanfare de St Rémy dans son enceinte, où la fête bat son plein. Le groupe est accueilli par un test de goût et récompensé d'un carambar par personne !

Nous sommes revenus au point de départ, la gare de Saint-Rémy, où le RER nous attend pour rejoindre Houilles.
 
 
















Nous avons parcouru approximativement 14 kilomètres, sans compter les visites dans les fermes.


Jean-Pierre, le 10 juin 2009

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 10:35

Nous étions 32 courageux randonneurs, ce dimanche printanier, pour parcourir, au départ de la sortie du RER Châtelet-les Halles, le circuit des fontaines de Paris-Centre.

Bien que certaines de ces fontaines nous aient fait faux bond avec la mauvaise idée de respecter le repos dominical - en particulier la fontaine des Innocents - d’autres nous ont permis d’entendre le bruissement de l’eau dans leurs bassins respectifs.

   

 



Nous n’étions pas seuls, surtout l’après-midi, à admirer entre autres les magnifiques fontaines du Théâtre Français, la fontaine Louvois aux représentations allégoriques des fleuves et rivières français et les fontaines de la Concorde, les plus importantes, symbolisant les navigations fluviale et maritime.




Des sculptures de femmes dénudées représentant l'Art, le Commerce et les vertus : Vigilance, Justice, Force et Prudence, font partie du décor de certaines fontaines.
   

La fontaine Louvois

Après avoir quitté les dernières fontaines des jardins des Champs-Élysées et remonté la plus belle avenue du monde, nous reprîmes le chemin du retour à la station Etoile.



Jean-Pierre, le 10 mai 2009

 

Lien photographies :   Fontaines-de-Paris

Site sur les fontaines de Paris et leur liste Les fontaines de Paris: :

   

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 06:00


... une escapade de quelques jours bienfaisants pour faire une pause dans un cadre nature !
 




 

21 randonneurs sont partis du 16 au 23 Mai, au pays de la truffe et du foie gras ! Les étapes quotidiennes de 15 kilomètres, avec dénivelés de 200 à 320 mètres  - menées par Guy, notre hôte, enfant du pays et accompagnateur favori -  nous ont permis de découvrir cette belle région, ses traditions, son histoire, sa gastronomie, et son patrimoine culturel.



 



 
 















 

 

Les randonneurs courageux ont cherché désespérément l’homme de Cro-Magnon dans les grottes préhistoriques, se sont convertis en pénitents sur le Chemin de Croix de Rocamadour, ont découvert les us et coutumes du Périgord, et n’ont pas manqué d’apprécier la bonne chère et les vins du terroir !


















 

Tout était au rendez-vous dans une ambiance chaleureuse et sympathique : le soleil, une belle nature printanière, la visite de quelques uns des 1244 châteaux, une promenade en gabarre, les visites de Domme et de Sarlat, et la «noix » sur le gâteau : une aubade champêtre par notre ami Jean-Yves au saxo !






 
 












 


 













 
 

Trois mots pourraient résumer notre voyage : découverte, partage et convivialité. Nous sommes tous rentrés ravis, en attendant de vivre de nouvelles émotions !

 




Suzanne 



  
Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 17:00

Malgré le ciel gris et la pluie menaçante de la mi-avril, dix sept randonneurs ovillois ont décidé de se promener dans la forêt après avoir quitté la gare de Maisons-Lafitte.

 
 


Ils arpentent les petits sentiers dans un décor vert tendre. Par endroits se trouvent des champignons, que certains se font une joie de ramasser pour les déguster dès le retour chez eux.


 


Tranquillement, les randonneurs arrivent à l’étang du Cora dont ils font le tour. Ils continuent à cheminer par les petits sentiers, toujours aussi agréables. Et les voilà de retour à la gare, heureux d’avoir passé un bon moment.


Anne-Marie


 



 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 16:05



Nous étions 19 randonneurs en ce deuxième jour du printemps qui n’était malheureusement pas au rendez-vous, mais la bonne humeur, comme d’habitude, était parmi nous.

De la gare de Sartrouville, nous nous sommes dirigés vers les bords de Seine en direction de Cormeilles en Parisis, puis La Frette où nous avons tout de suite emprunté la Sente des Verjus. Cette sente nous a fait grimper en haut du côteau calcaire de la Seine et découvrir, au-delà de l’autre rive, le parcours de Fromainville destiné à l’entraînement aux courses des chevaux. Un peu plus loin, devinées dans le brouillard, se trouvent les nouvelles installations de la Station d’épuration Seine Aval (SIAAP). En enchaînant les sentes, nous découvrons de très jolis paysages égayés par les premiers arbres en fleurs. Dommage que le soleil ait boudé !


















Autrefois, le village de La Frette sur Seine possédait un port actif qui desservait Paris et également Rouen. Localement, le gypse était exploité et chargé sur les péniches en direction de la capitale. Il servait à la fabrication du plâtre utilisé dans de nombreux bâtiments. Les produits maraîchers, les fleurs - en particulier le lilas au printemps - étaient rapidement transportés par voie d’eau aux Halles de Paris. Un vaste vignoble, aujourd’hui totalement disparu, s’étendait d’Argenteuil à Pontoise; il fournissait un vin alors apprécié et objet d’un commerce.













Vers 1894 arrive le chemin de fer qui va complètement transformer le village. Une nouvelle population travaillant sur Paris va progressivement s’installer. D’autre part, La Frette va devenir un lieu de villégiature des Parisiens. De nombreuses villas construites en bordure de Seine et sur le côteau,  aux styles très éclectiques, sont le témoignage de cette époque. Nous avons pu observer des architectures audacieuses, fantaisistes, aux façades avec frises, mosaïques… agrémentées de jardins en terrasses. Des constructions modernes se mêlent également dans ce paysage escarpé.

Le site plaisant de La Frette a inspiré de nombreux peintres comme Charles Daubigny, Lucien Pissarro, Albert Marquet (sa maison est située au 30 quai de Seine) et depuis peu, un parcours promenade des peintres du XXème siècle a été aménagé.






Entre autres, Guy de Maupassant, Georges Sand, Paul Signac sont venus en villégiature.

 














Limités à la matinée, nous n’avons pu parcourir qu’une partie des sentes qui peuvent nous conduire à Herblay, Conflans.

Avis aux amateurs de beaux paysages ! Ils sont vraiment tout près de chez nous. Profitons-en !


Elisabeth 




 

 

 

 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 10:00


Après un trajet aller assez compliqué  - changements de train à Conflans Fin d’Oise puis à Conflans Sainte Honorine -  nous arrivons à l’office de tourisme de Pontoise où une conférencière va nous guider toute la matinée.

Nous arrivons au cœur de la ville haute dont les anciens remparts dominent l’Oise. De ses deux places du Grand et du Petit Martroy ("Martroy" est dérivé du nom "martyr"), part un réseau de rues étroites et sinueuses aux noms pittoresques : rue des Balais, rue de la Harengerie…

La cathédrale Saint Maclou est un superbe monument de style composite : chevet et transept de style Gothique primitif, façade en Gothique flamboyant et les bas-côtés dans le style Renaissance.





Notre guide nous emmène maintenant vers les souterrains. La ville s’est construite sur un éperon calcaire qui a servi à l’extraction du calcaire nécessaire à sa construction. Ceci a laissé de nombreuses caves datées du 12ème au 15ème siècle.























Nous entrons ainsi dans les entrailles de la ville qui servirent aux militaires pour renforcer la défense et plus tardivement aux bouchers pour entreposer leur viande au frais.
 








Notre visite se poursuit par une promenade dans les rues de la ville jusqu’à son point culminant, le mont Bélien, où se trouvait le château dominant la vallée de l’Oise. Construit par Louis VI au 12
ème siècle, ce château servira au séjour de plusieurs rois de France - notamment Louis IX qui, malade, fit le vœu s’il devait guérir de partir pour la terre sainte.


Il est temps maintenant de déjeuner car nos 25 randonneurs commencent à être affamés. C’est sur une péniche amarrée sur les quais que vont se dérouler nos agapes, moment festif apprécié de tous.    

Mais nous devons repartir, car nous sommes des randonneurs avant tout, sur le sentier qui borde l’Oise jusqu’à Port-Cergy et Cergy village. Nous aurons la chance de bénéficier d'une visite commentée de l’église Saint Christophe, avec son magnifique portique Renaissance.





Nous traversons Cergy Préfecture où nous prenons le train pour Houilles, sans changement cette fois.     


Jean Claude



 
 











Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 15:26

Nous étions 22 randonneurs pour cette visite du toit de la capitale, par un temps sec mais plutôt froid en ce début du mois de mars.
 
Nous partons à la découverte des lieux les plus mythiques de ce quartier :
 
Montmartre se développe dès le début de l'occupation romaine, grâce à ses carrières de gypse qui contribuèrent à la construction des monuments et des habitations ; ce mont Mercure fut un lieu de culte pour les parisis mais aussi pour les romains.
 
Vers l'an 250, Saint Denis, qui évangélisait la région, est décapité. Après avoir pris sa tête sous son bras, une longue marche le conduit jusqu'au village de Catallanum qui deviendra Saint Denis.
 
Au début du 12ème siècle, Louis VI le Gros et sa femme Adélaïde de Savoie y font construire un couvent qui est confié aux bénédictines, jusqu'à la Révolution où il sera rasé. Durant cette période, une trentaine de moulins à vent sont érigés sur la Butte. Aujourd'hui, il en reste deux.
 





En 1860, la commune de Montmartre est rattachée à Paris, comme le sont les villages de la ceinture : Passy, Vaugirard, Charonne, etc.
 
L'épisode sanglant de la Commune, en 1871, fera entrer Montmartre dans l'histoire. La construction de la basilique du Sacré-Coeur, demandée par les catholiques en expiation des péchés de la France et votée par l'Assemblée, durera 40 ans.
 
A partir du 19ème siècle, la butte devient le refuge des artistes, surtout des peintres mais aussi des poètes, des écrivains et des chansonniers. C'est un lieu de tourisme où se côtoient toutes les nationalités.
 
Notre périple nous mène sur le lieu de la décollation de Saint Denis, à la place des Abbesses - souvenir des 43 mères supérieures qui dirigèrent le couvent - au bateau lavoir, où séjournèrent Braque, Picasso, Max Jacob - à qui l'on doit le nom de cet immeuble détruit en 1970 mais reconstruit et toujours habité par des artistes - puis place Jean-Baptiste Clément, l'auteur immortel du "Temps des cerises".






Place du Tertre, nous sommes au point le plus haut de Paris - à 129,37 mètres - où à quelques pas se dresse l'église Saint Pierre achevée en l'an 1200 (l'une des trois plus anciennes églises de Paris). La vue sur la capitale est magnifique depuis l'esplanade du Sacré-Coeur ; ses fondations reposent sur 83 piliers et son campanile abrite l'une des plus grosses cloches du monde, "la Savoyarde".
 

 
 

 
Après un succulent déjeuner au restaurant "le Moulin de la Galette", situé entre le moulin Radet et le moulin de la Galette, nous poursuivons notre route en passant par le vignoble que jouxtent le cabaret du Lapin Agile - qui fut fréquenté par les artistes les plus célèbres - et le charmant petit cimetière Saint Vincent où reposent Utrillo, Marcel Aymé, Roland Dorgelès, etc.
 
Nous terminons cette visite par le château des brouillards, une folie habitée par Gérard de Nerval, devant lequel se tient une sculpture représentant Dalida. La rue Lepic nous ramène au métro Blanche vers 16 heures.



Jean Claude 
Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article