Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Randonneurs Ovillois
  • Les Randonneurs Ovillois
  • : Blog officiel de l'Association "Les Randonneurs Ovillois"
  • Contact

A vos plumes !

Proposez vos articles par email à l'adresse lesrandonneursovillois@gmail.com

Rechercher

Contact

Pour contacter l'association, écrivez à :  lesrandonneursovillois@gmail.com
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 07:24

Le printemps est là !

 

 

Enfin le voilà… avec un soleil radieux, des couleurs toutes neuves, éblouissantes, subtiles. Merci au volcan islandais Eyjafjöll … Son réveil, nous a permis d’apprécier exceptionnellement un ciel bleu immaculé, en ce dimanche matin où 20 randonneurs ovillois vont cheminer du Parc des Buttes Chaumont à celui de La Villette.


 

Nous commençons par une vue magnifique sur la Butte Montmartre et le Sacré Cœur.


 

Photo. N° 22 MGP0031

 

 

Photo. N°60 IMGP0149

 


Le plus vaste des parcs haussmanniens, le Parc des Buttes Chaumont, nous surprend toujours par sa beauté, son relief, son pittoresque et la richesse de sa végétation.


 

 

Photo. N° 44 IMGP0090

 

 

 

 

Photo. N° 42 IMGP0084

 

 

Nous grimpons ensuite en direction des hauteurs de Belleville et découvrons un village très paisible, bâti sur les anciennes carrières « d’Amérique », et constitué de petites maisons particulières avec jardinet. C’est ravissant !

 

 

 

Photo. N°59 IMGP0146

 

 

 

L’allée piétonnière Darius –Milhaud, en partie ancienne Petite-ceinture ferroviaire, nous conduit à l’entrée du Parc de la Villette.

 


 

Photo. N°70 IMGP0188

 


La Villette, bien connue autrefois pour son marché aux bestiaux, ses abattoirs, est devenue maintenant un très beau parc urbain associant nature et architecture, dédié aux arts, aux sciences et aux loisirs.


 

 

 

Photo. N° 75 IMGP0204

 

 

 

 

Photo. N° 94 IMGP0266

 

 

 

Photo. N° 96 IMGP0274

 

 

 

 

Photo. N° 108 IMGP0295

 

Belle randonnée que nous pouvons refaire à toute saison.

 


Article d'Elisabeth, photos d'Elisabeth et Jean Pierre


 


Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 19:37


 

A quelques heures de TGV , nous avons découvert la haute Maurienne en Savoie. A notre arrivée la neige tombait, nous souhaitant la bienvenue. Nous avons découvert le chalet de la Bessannaise en pleine montagne, quel dépaysement !!!


Dès le lendemain, nous avons chaussé nos raquettes (pour la première fois me concernant) et notre guide nous a conduits à travers la forêt au milieu des sapins enneigés.

 

 

 

 

DSCN0727

 

 

 

 

 

Chaque jour, nous avons découvert des endroits plus magnifiques les uns que les autres. Entre les petits villages en pierre nichés en pleine montagne, toujours accompagnés de leurs églises et des petits oratoires consacrés aux saints qui ont aidé les montagnards dans les moments difficiles, la haute montagne avec ses chalets d’alpage, ses refuges, comme celui de Vallonbrun à 2270 m  –  en partant de 1600 mètres, quelle montée !!!!!  -  et les sommets, au milieu des glaciers et ce lac gelé, un paysage de carte postale mais en réel, du rêve ….

 

 

 

 

DSCN0734

 

 

 

 

 

DSCN0754

 

 

 

 

DSCN0778

 

 

 

 

Pendant les montées, un petit « raidillon » et puis un autre ... Les randonnées étaient parfois sportives, mais quelle splendeur à l’arrivée ! Ce que nos yeux découvraient méritait ces petits efforts.

 

 

 

 

DSCN0762

 

 

 

 

Nous garderons aussi un bon souvenir des pique-niques, seuls face aux montagnes enneigées, des chutes dont on se relevait toujours avec le sourire, de la traversée acrobatique des ruisseaux, de nos pieds enfoncés dans la neige parfois jusqu’aux genoux, et des parties de rigolades qui s’ensuivaient. On en reparlera encore longtemps ...

 

 

 

 

DSCN0797

 

 

 

 

Et puis nous avons terminé notre semaine par une grande soirée « savoyarde ».


Merci à nos organisateurs, à nos guides et au personnel du chalet pour ce séjour inoubliable, plein de bons moments, pour ces images magnifiques plein la tête.

 

 

 

 

DSCN0733

 

 

 

 

 

DSCN0790


 

 

Ce voyage nous l’attendions, quels plaisirs pendant ! Et quels souvenirs après !

 

 

A quand le prochain ???

 

 


Géraldine

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 19:36

      Bessans-par-Philippe 1152

 

 

 

Douze randonneurs ont vécu pendant une semaine les raquettes aux pieds dans un coin de Savoie, à Bessans, petite station de Haute Maurienne à 1750 mètres d’altitude, en limite du Parc National de la Vanoise  :  bonne hauteur pour se re-oxygéner dans un espace nature authentique, dans le confort du Centre de Ski de Fond et Randonnées Pédestres de la « Bessannaise ».

 

 

 

Bessans-par-Philippe 1219

 

 


Notre programme s’intitulait « Randonnées Raquettes ». Cette option s’est avérée très sportive, avec des marches variées en montagne :  trois jours entiers de randonnées en forêt et en altitude, avec dès le lundi un dénivelé de 600 mètres ... pour atteindre le refuge de Vallonbrun (2270 m) puis le mercredi, sous la neige et le froid, nous rendre au Chalet du Pape (au-delà du village de l’Ecot). Le vendredi, dans une ambiance de haute montagne, nous avons grimpé jusqu’au lac du Mont Cenis, Ouf !.. on s’en souviendra !!!  Entre-temps, sorties matin et après-midi pour souffler un peu.

 

 

 

Bessans-par-Philippe 1184

 

 

 

Sous l’œil attentif de notre monitrice, Brigitte, nous avons traversé les combes, les vallons, crapahuté dans les mélèzes, avec quelques chutes et roulés-boulés spectaculaires accompagnés des rires moqueurs de la troupe ! Toujours en sa compagnie, nous avons découvert la flore, les différentes variétés de conifères, admiré des panoramas grandioses, et grâce à son oeil averti observé des chamois, des bouquetins, l’aigle royal. Elle a également évoqué la vie locale, les légendes, en particulier celle du diable de Bessans.

 

 

 

Bessans-par-Philippe 1159

 

 

 

 

Bessans-par-Philippe 1226    

 

 

 

Nous avons rencontré sur nos chemins moult chapelles et oratoires et leurs saints que nous avons vénéré, bien sûr ! Du reste, au village de l’Ecot, nous avons prié « Notre Dame des douleurs », laquelle nous a donné sa bénédiction puisque nous avons atteint avec brio nos objectifs.

 

 

 

Bessans-par-Philippe 1179

 

 

Seul petit bémol :  nous avons regretté que Jean-Claude ait dû déclarer forfait, empêché par un problème de dernière minute, ainsi qu'un voyage aller-retour quelque peu mouvementé :  départ de Paris retardé de 40 minutes, puis immobilisation du bus par la neige, sur la route de Modane à Bessans, obligeant le chauffeur à chaîner  -  pour couronner le tout le TGV du retour nous a laissés à l’arrêt une heure quarante en rase campagne ...

 

Malgré ces aléas, l’ambiance fut excellente, la table bonne aussi. Nous sommes tous rentrés ravis et requinqués, avec le plein de photos, de belles images et de souvenirs en tête, déjà prêts à rechausser les raquettes pour une prochaine aventure hivernale.

 

 

 

Bessans-par-Philippe 1198

 

 

 

 

Bessans-par-Philippe 1231

 

 

 

      

Suzanne (rédactrice) et Philippe (photographe)


Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 19:48

 

En route pour Saint Félix (sans Félix !) en remplacement de la rando Tillard, le Grand Muid, trop boueux par ce dimanche printanier.


Partis à 11 personnes du moulin musée de la Brosserie, malheureusement fermé depuis 1979, nous avons longé les étangs de Saint Félix, paradis des pêcheurs, pour atteindre la forêt domaniale de Hez-Froidmont, avec quelques petites ondées passagères, le matin..

 

 

 

Photo. N-1 IMGP8170 c

 

 

 

Très beau parcours avec quelques dénivelés fort sympathiques, de beaux chemins et une très belle végétation où nous avons rencontré 2 chênes remarquables et impressionnants : le chêne de Saint Félix, âgé de 240 ans et se portant comme un "charme", puis le chêne chandelier (à 3 branches) âgé de 150 ans, peut-être le petit-fils de Saint Félix ?.... Qui sait.

 


 

Photo .N- 2 ch-ne chandelier IMGP8257

 

 

 

Nous avons suivi un tronçon de la méridienne verte puis, sous un ciel fort clément l'après-midi, nous avons découvert l'abbaye cistercienne de Froidmont (12ème siècle) et traversé, sous le soleil, les petits villages de Hermes et Cailloeul pour revenir à notre point de départ à 11 "crottés" mais contents.

 

 

 

Photo N-3 IMGP8345

 

 

 

Merci à Jean-Louis pour cette balade fort agréable.

 

 

 

Janine

 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 19:46

 

Dépaysement assuré à 11 kilomètres de Paris : ENGHIEN-Les-BAINS !


Nous sommes au débouché de la vallée de Montmorency. Dans le passé, l’endroit n’était qu’un vaste marécage.

 

C’est à partir de 1766 que le site commence à susciter de l’intérêt. En effet, le père Louis Cotte découvre les vertus d’un filet d’eau, baptisé par les habitants « ruisseau puant ». Cette eau, très chargée en soufre, va faire la réputation du lieu à partir de 1821, à la suite de la guérison d’un ulcère de Louis XVIII.

 

Les eaux bienfaitrices deviennent à la mode et un établissement de bains est créé. En 1850, la commune d’Enghien-Les-Bains est fondée intégrant le lac dont les rives s’urbanisent rapidement.

 

Aujourd’hui, l’établissement thermal du Groupe Lucien Barrière reste orienté vers son activité principale ; ORL, voies respiratoires, rhumatologie, mais il s’est ouvert à la remise en forme, à toutes sortes de soins de bien-être, de détente… par l’eau.

 

En 1898, pour satisfaire une partie de la population des curistes, un Casino sera construit. Architecturalement modifié, rebâti, complété par un théâtre, il est aujourd’hui le premier casino de France pour ses recettes depuis l’autorisation des machines à sous mises en place en 2002.

 

 

 

 

Photo N- 5 IMG 9044-1

 

 

 

 

 

Photo N- 20 IMG 8979 r

 

 

 

 

Après une courte visite du nouveau centre d’Enghien, notre petit groupe de 17 randonneurs emprunte l’Avenue de Ceinture qui va nous guider pour faire le tour du lac. Nous découvrons alors quantités de villas, aux styles éclectiques, fantaisistes, mélangeant les genres…

 

Par exemple, la Villa du Lac, propriété de la ville, offre 2 façades totalement différentes : côté Avenue, style Art Nouveau avec l’utilisation de la brique, côté lac, style Second Empire.

 

 


 

 

Photo N- 34 IMG 8994 r

 

 

 

 

Photo. N- 36 IMG 8996

 

 

 

 

Nous quittons la Promenade Eric Tabarly et contournons le Lac du Nord. Là tout est plus intime, mais le style des villas est tout aussi varié.


 


 

 

Photo N- 39 IMG 8999 r

 

 

 

 

A nouveau sur la rive du lac principal, nous découvrons le Château Ecossais à l’architecture néo-féodal : tourelles à meurtrières, créneaux et magnifique grille récemment restaurée.

 

 


 

Photo N- 53 IMG 9014 r

 

 

 

 

Non loin, le château Léon de style néogothique du XIX ème siècle mérite également qu’on le contemple.

 

 

 

 

Photo N- 59 IMG 9020 r

 

 

 

 

Nous poursuivons notre promenade en admirant le lac du Jardin du Pont de la Muse et également du Jardin de la Presqu’île aux fleurs.

 


 

 

Photo N- 80 IMG 9040 r

 

 

 

Nous terminons par la magnifique esplanade Patenôtre Desnoyers, ornée d’élégants lampadaires, qui fut témoin de nombreuses fêtes de la Belle Epoque et aujourd’hui encore est le théâtre de nombreuses manifestations.

 

Nous ne pouvons pas quitter Enghien sans évoquer Mistinguett qui réalisa son rêve d’enfance en devenant artiste.

 

Nous avons cheminé tranquillement. Il est vrai qu’il y avait beaucoup à voir et pourquoi pas à revoir lorsque la nature sera épanouie …

 

 

 


Elisabeth    

 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 19:47


Ce jeudi 4 mars 2010, nous sommes neuf randonneurs en pleine forme pour affronter cette belle journée ensoleillée mais ... fraîche !

Après le transport (RER) de presque une heure jusqu’à la gare de Robinson, nous prenons la direction de la vallée aux loups en traversant la très belle zone pavillonnaire de Châtenay-Malabry. Un petit quart d’heure de marche et nous arrivons rue Eugène Sinet, qui dessert le parc de la vallée aux loups.

La Vallée aux Loups : un lieu magique traversé par un ru d’Aulnay ... Le parc est une invitation au romantisme, à l’évasion, bien à l’abri de l’urbanisation environnante.

La Vallée aux Loups Chateaubriand est une belle illustration de l’harmonie entre patrimoines culturel et naturel dans la vallée de la culture des Hauts-de-Seine.

Le parc boisé, l’Ile verte, l’Arboretum paysager à la collection végétale unique et la maison de Châaeaubriand, témoin d’une époque et de la vie de l’homme, du botaniste averti et de l’écrivain voyageur, forment une unité où se respecte le passé et le présent, le travail de l’homme et la nature.



 

Photo. 4 IMGP6997 r

 

 

En premier nous visitons le parc de l’Ile verte, une belle propriété de 113 ares où se trouve une belle maison,  au milieu de la nature qui se réveille doucement dans ces beaux petits jardins de fleurs entourés d’une fontaine à quatre becs, des bambous, un petit étang avec une petite île. Un coin paisible sous de beaux arbres où les abeilles peuvent vivre tranquillement. Le peintre Jean FOUTNIER y a vécu au XXe siècle et le nom de sa propriété  est tiré de l’une de ses toiles.

Nous visitons ensuite l’Arboretum, parc d’une superficie de 12.7 hectares dédié à la botanique depuis sa création, au XVIIIème siècle. Il abrite près de 500 espèces d’arbres et arbustes. Les crocus et perce-neige étaient en fleurs dans une prairie très ensoleillée, ainsi que quelques arbustes précoces qui sentent venir le printemps.

Dans ce parc, une serre des collections de convolvulacées abrite 520 taxons. Ces plantes en provenance des pays tropicaux de l’hémisphère sud ornent murs et parterre à la belle saison. Dans un prochain programme, nous reviendrons voir toutes ces plantes, la maison de Châteaubriand et le parc bois




Photo-1-IMGP6755--l-Ile-Verte.JPG


La randonnée se poursuit par une belle petite côte à grimper afin d’arriver dans le parc Henri SELLIER pour un pique-nique bien mérité.

Le parc Henri SELLIER : nous contemplons les 27 hectares de ce parc, recouverts en quasi-totalité d’un massif boisé composé de hêtres, de châtaigniers et de chênes séculaires. Situé sur les contreforts de Bièvre au Plessis-Robinson, depuis sa terrasse, se trouve une vue panoramique sur le domaine de Sceaux et tout le sud-est de la région parisienne. Nous avons pu, par ce temps clair, porter notre regard jusqu’à la forêt de Sénart.

La randonnée continue par la traversée de la zone pavillonnaire du Plessis-Robinson. Nous longeons l’étang de Colbert où s’ébattent quelques pensionnaires :  un cygne noir, des canards, des poules d’eau et des foulques.




Photo 3 IMGP6950 ro




Nous traversons le bois de Clamart, situé dans la forêt de Meudon qui couvre actuellement 1 100 hectares, divisés en 99 parcelles et répartis en six communes, dont 520 hectares sur Meudon. L'altitude de cette forêt varie entre 99 et 178 mètres d’altitude. Nous passons à côté d’un relais de télévision dénommé Tour hertzienne, qui dessert toute la banlieue Ouest et culmine à près de 270 mètres d’altitude; c’est le point le plus haut de la région parisienne après la tour Eiffel.



La forêt de Meudon comporte des parcelles relativement sauvages. Elle est principalement composée d’arbres feuillus : châtaigniers (50%), chênes pédonculés (35%), hêtres, frênes (8%), érables, charmes, bouleau, aulne, trembles, robiniers (6%) et quelques résineux (1%). Elle abrite une faune variée : renards, fouines, martres, belettes, écureuils et sangliers… ainsi que des batraciens et de nombreuses espèces d’oiseaux (dont les hérons).


 

Photo 2 IMGP6861 r





Nous longeons quelques Etangs de la forêt de Meudon (l'étang de la Garenne de 1.2 hectares, ceux de Trivaux et de Chalais 0.9 hectares) pour passer à côté de l’Observatoire et prendre la rue Royale de Meudon en direction de notre taxi parisien (T2) à la station Brimborion.

Le retour vers Houilles se fait par le RER de la Défense vers 17h30.

Au revoir, et à la prochaine rando avec « Les Randonneurs Ovillois ».

 

 

Elisabeth, Philippe et Daniel

 

 

 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 19:00


Ce dimanche 21 février 2010, 13 randonneurs gaillards s'apprêtent à affronter une matinée de randonnée par temps un peu frais et légèrement brumeux.

Nous commençons par longer le quai le long du bord de la Seine en passant devant la Péniche Eglise, occupée par une messe, jusqu’au petit marché de Conflans dont nous apprécions les odeurs d'étalages de produits alimentaires (fromage, charcuterie et viande), de plats cuisinés (couscous et paëlla) et les beaux fruits et légumes. Nous admirons ensuite les belles péniches et le bâteau croisière de Croisi-Europe qui attend les passagers pour un voyage dans la vallée de la Seine jusqu’à la côte Normande.

     


 

photo. 1 IMGP0245




Nous retournons sur nos pas pour prendre le pont métallique, traverser la Seine et faire un petit bout de chemin dans la plaine au milieu des champs, en empruntant le GRP (ceinture verte de l’Ile-de-France) dans le parc agricole d’Achères, en contournant la cité de la Garenne, jusqu’à l’étang du Corra.



L’étang du Corra, aux beaux jours, est l’un des sites les plus fréquentés de la forêt de Saint Germain en Laye, gérée par l’ONF. Sa création trouve son origine dans une concession d’exploitation d’une sablière en 1929. Sa superficie devait être de 1.5 hectares. L’exploitation fut interrompue pendant la guerre.
 

 

 

Photo. 2 IMGP0321




En 1947, la ville de Conflans reçut l’autorisation d’exploiter l’étang en tant que piscine et de créer un camping. La surface sur laquelle s’exerçaient ces droits était de 8 hectares. La piscine était délimitée de manière à ne pas gêner l’exploitation de sable et de cailloux qui se poursuivait sur la partie sud-est de l’étang. Ces deux activités se sont achevées en 1976.


Une étude du comportement hydrogéologique de l’étang a montré que les épandages d’eaux usées, sur les terrains adjacents de la station d’épuration de la ville de Paris, sont bien la cause des variations du niveau de la nappe alluviale qui alimente le plan d’eau. La Seine a une influence secondaire. L’origine des eaux explique en partie la raison pour laquelle le plan d’eau n’est pas ouvert à la baignade.



Photo. 2 IMGP0306 ro

 


Une petite pause s’impose avant de redémarrer dans la forêt domaniale de Saint Germain en Laye, en continuant le GRP, passant par l’étoile Sainte Honorine, l’étoile du Renard et la maison forestière de l’étoile du Loup.


Cette belle randonnée se termine à la gare d’Achères Grand Cormier avant midi, arrivée à Houilles vers 12h30.


Bon appétit à tous et à la prochaine rando ! 

 

Daniel

 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 20:05


Dépaysement assuré…
 

 

Nous étions six en ce dimanche 14 février 2010, bien chapeautés, emmitouflés… pour découvrir l’Etang de Saint-Quentin-en-Yvelines.


 

Photo. 1 IMGP6063 r



Nous surprenons d’abord nos amies les oies bernaches en train de prendre un bain de soleil, puis défiler en file indienne, et en mesure, sur la glace.


 

Photo 2 IMGP6030 ro



Nous aussi nous apprécions le soleil et le petit craquement de la neige sous nos pieds. Nous regrettons presque d’avoir oublié nos skis de fond !

Quel miroir cet étang ! Selon les endroits, tout à fait lisse, plissé, ridé, marbré, scintillant… un régal pour les yeux. C’est un plan d’atterrissage pour les mouettes, cormorans, colverts, foulques… qui donne parfois quelques émotions à ces volatils  - et quand la glissade devient scabreuse, nous en sommes bien sûr ravis !



Photo 3 IMGP6118-2


Après le repas, nous arrivons, en longeant toujours l’étang, dans une partie plus marécageuse, où les ponts enjambent des ruisseaux, où les grands roseaux protègent nos amis les oiseaux et où enfin, se trouve une partie non gelée. Là, il y a du monde pour la baignade de l’après-midi et certains canards, sentant certainement l’approche du printemps, n’arrêtent pas de s’ébrouer devant Mesdames les Canes, dans l’immédiat, impassibles.


 

Nous avons terminé le tour du plan d’eau par la Digue qui crée ainsi une réserve artificielle d’eau pour alimenter les fontaines du château de Versailles.


Photo . 4 IMGP6155


Autres lieux que nous atteignons par les Jardins du Parc : Le Parc des Sources de la Bièvre et les Jardins de l’Université. Là encore, beaucoup d’eau, figée en ce dimanche.


Nous terminons par un aperçu de la Ville Nouvelle qui nous surprend par son architecture, ses sculptures, ses perspectives, ses couleurs… et qui mérite d’être connue.


Photo. 5 IMGP6259



Elisabeth
 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 18:40



Ni la grève des trains, ni la neige, ni la froidure exceptionnelle de cet avant-dernier jour de l’automne n’ont réussi à dissuader les 35 randonneurs de faire cette 12ème édition de Paris la nuit.

C’est avec un peu de retard que nous avons commencé notre promenade, qui de la Gare Saint Lazare nous mènera jusqu’au restaurant « le Stado » rue Saint Honoré.
 


IMGP8617    



Nous jetons un rapide coût d’œil sur les illuminations des Grands Magasins, avant d’arriver à l’Opéra Garnier (ou plus précisément au Palais de la Danse) juste à temps pour la tombée de la nuit.
 

Cet édifice, dessiné par Charles Garnier à la demande de Napoléon III, offre une façade monumentale composée de sept arcades surmontées des sept baies de la loggia entrecoupées de colonnes monolithiques jumelées. Le rez-de-chaussée foisonne de sculptures : bustes de compositeurs, compositions allégoriques dont le fameux groupe de la danse de Carpeaux. Le dôme est couronné par un Apollon élevant sa lyre.



IMGP8423 ro    


 

Après la périlleuse traversée de la place de l’Opéra, la rue de la Paix offre à nos regards émerveillés des lustres aux pendeloques de diamant; ce qui semble normal pour une rue qui abrite les plus grands joailliers de la planète. Mais nous n’avons pas le temps de nous arrêter pour les derniers cadeaux de Noël.

 

La place Vendôme, qui devait offrir un écrin à une statue de Louis XIV, a été réalisée par
Jules Hardouin-Mansart, alors architecte du château de Versailles au tout début du 18
ème siècle.

La colonne fut édifiée par Napoléon en 1810, avec le bronze fondu des 1250 canons pris aux
Autrichiens à Austerlitz.



IMGP8514 ro




Après les jardins des Tuileries, tout enneigés, nous arrivons place de la Concorde, œuvre de Gabriel, où s’offre une magnifique perspective sur l’Obélisque, les Champs-Elysées, l’Arc de Triomphe mais aussi sur la Tour Eiffel (la vieille dame ne paraît pas avoir 120 ans) et sur le palais Bourbon siège de l’Assemblée Nationale.

 

Le 21 janvier 1793 la guillotine y est dressée pour l’exécution de Louis XVI, 1242 victimes du
« rasoir national » le suivront.

L’obélisque y fut dressé en 1836, âgé de 33 siècles il domine la place du haut de ses 23 mètres
et 220 tonnes !



 

IMGP8445 ro

 

 

Le froid nous gagne de plus en plus, nous décidons de nous rapprocher du restaurant pour y
trouver un peu de chaleur et de réconfort en passant par le Louvre et sa somptueuse
Cour Carrée.

Une dernière vue du Ponts des Arts et nous voila devant le Stado, avec ses spécialités du sud-ouest. Sangria, salade landaise, cuisse de canard confite et pommes de terre sarladaises, tarte
aux pommes. Je vous imagine tous en train de saliver …

 

Merci à tous les participants et peut-être à l’année prochaine.

 

Jean Claude




 
Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 17:36


Dimanche 6 décembre 2009 - 5h45 – DRING… DRING… DRING : la sonnerie du réveil finit par me sortir de mon profond sommeil

Un petit brin de toilette avant de jeter un coup d’œil à l’extérieur. Il fait nuit noire, il pleut mais la température est douce. Maintenant que je suis réveillé je pars, c’est décidé. Petit déjeuner copieux pour bien entamer cette longue marche de 30 kilomètres qui, du Parc des Princes, nous fera rejoindre la piscine de Saint Germain en Laye. A la gare, je retrouve les 6 autres lève-tôt pour prendre le train de 7h20. Nous prenons le métro jusqu’à la Porte de Saint Cloud puis effectuons une petite marche matinale pour atteindre le Parc. Après les formalités d’inscription, nous pouvons enfin partir.




Il est 8h30. Le jour se lève doucement mais une petite bruine persistante incite certains à endosser leur cape, d’autres à ouvrir leur parapluie. Une longue ligne droite de 2,5 kilomètres nous fait traverser la ville de Boulogne encore endormie. Vers 9 heures, nous arrivons au parc de Saint Cloud où notre accompagnateur lâche la bride des randonneurs impatients de s’élancer sur les sentiers.


La traversée du Parc, qui commence par une petite montée pour nous mettre en jambes, nous conduit à Ville d’Avray (7ème kilomètre
). Les habitants nous regardent, un peu ahuris de voir tous ces fous avec leurs drôles d’équipements traverser leur ville, si tranquille d’habitude le dimanche matin.


 



Nous pénétrons dans la forêt de Fausses Reposes, longeons les étangs encore imprégnés de la peinture de Corot. Le terrain est encore plat, la pluie a cessé, nous pouvons adopter une allure régulière mais assez rapide d'environ 5 kilomètres heure. Au 10ème kilomètre nous arrivons aux haras de Jardy, aujourd’hui parc départemental du 9-2, où les chevaux nous accueillent. Une petite halte nous permet de boire un café avant de repartir vaillamment.

 

 




Montées et descentes se succèdent, le chemin est boueux et glissant, les pantalons sont tous d’une même couleur terreuse, la pluie n’arrête pas de jouer à cache-cache. Faut-il garder sa cape ou bien l’enlever, cruel dilemme que chacun résout à sa façon.

 
Il est 12h15. 16ème kilomètre, nous arrivons à Louveciennes. Une tente chauffée nous abrite le temps de déjeuner. Après une demi-heure de repos nous repartons pour les 14 derniers kilomètres.

Au parc de Marly nous apercevons l’équipe des 10 autres Randonneu rs Ovillois, les lève-tard, qui commence sa marche de 13 kilomètres. Les RGV (Randonneurs Grande Vitesse) commencent la traversée de la forêt de Marly avec ses importants dénivelés et sa fameuse gadoue qui rend le terrain glissant, ce qui provoque la chute contrôlée du capitaine de route et le fou rire des randonneuses. Gare de Saint Nom la Bretèche :  plus que 9 kilomètres que nous franchissons allègrement. Nous traversons la nationale 13 qui marque l’orée de la forêt de Saint Germain. Nous commençons à sentir l’odeur de l’écurie  - ou plutôt celle de la piscine -  qui n’est plus qu’à 3 kilomètres. Il ne pleut plus et Oh ! Miracle ! Le ciel se dégage de ses gros nuages noirs qui nous accompagnent depuis le matin, pour laisser apparaître un soleil qui semble saluer notre exploit.

 

A 15h30 nous arrivons à la piscine où nous attend une petite collation. Quelques minutes plus tard, l’équipe des lève-tard franchit la ligne d’arrivée. Mais ce n’est pas fini car il faut rejoindre la gare, ce sont les 500 mètres les plus difficiles de cette randonnée.
      




Merci à tous les participants et rendez-vous l’année prochaine.




Jean Claude


 

Repost 0
Published by Les Randonneurs Ovillois - dans Articles randonneurs
commenter cet article